This page needs JavaScript activated to work. style>

Les architectes ont trouvé leur paradis, l’Afrique…

Publié le 25 juin 2018

Les architectes africains sont devenus de véritables maîtres dans l’art de créer des édifices beaux, innovants et soucieux de leur environnement.

De Naïrobi au Cap en passant par Dakar ou Harare, l’Afrique est aujourd’hui une terre d’innovation architecturale très fertile sur laquelle poussent des projets de plus en plus ambitieux. Face à la croissance démographique, à l’urbanisation rapide, au besoin de respecter davantage l’environnement et aux coûts élevés des matériaux de construction, les architectes africains imaginent des solutions innovantes pour concevoir des édifices beaux, créatifs et inspirants.

Les besoins du continent sont énormes. Le doublement de la population africaine d’ici 2050 va pousser les pays de la région à construire en un peu plus de trois décennies 700… millions de logements, 310.000 écoles et 85.000 centres de soins. Mais il existe en Afrique de l’est 75 fois moins d’architectes par habitant qu’aux Etats-Unis. Construire à la va-vite des immeubles mal conçus n’est pas une solution viable. « La construction et la consommation d’énergie des bâtiments sont les principaux responsables  de la pollution et des émissions de dioxyde de carbone et ils contribuent fortement à la déforestation, déplore l’African Design Centre, un centre de recherche basé à Kigali au Rwanda qui cherche à promouvoir des projets architecturaux équitables. Les risques sanitaires liés à un mauvais planning urbain peuvent entraîner une hausse des maladies cardiovasculaires et pulmonaires ainsi que le développement de pandémie comme le choléra et Ebola. »

Des immeubles pour ne pas tomber malade

Des bâtiments bien nés peuvent, eux, protéger la santé des personnes qui l’occupent. L’hôpital de Butaro au Rwanda a ainsi été conçu pour limiter la propagation des maladies grâce notamment à un système de ventilation naturelle innovant.

Les architectes africains cherchent également de plus en plus à inclure dans leurs édifices des produits locaux afin de réduire leurs coûts et de limiter les transports routiers polluants. L’hôpital de Butaro a ainsi été bâti avec des roches volcaniques de la chaine montagneuse de Virunga située dans le district. Le Burkinabé Diébédo Francis Kéré a, lui, pris l’habitude d’utiliser de la terre crue compressée dans ses bâtiments à l’intérieur desquels la température est régulée grâce à un système de ventilation naturelle.

L’école primaire de Gando au Burkina-Faso qu’il a imaginé a notamment reçu en 2004 le Prix Aga Khan d’architecture. Son orphelinat situé près de Koudougou au Burkina-Faso a, pour sa part, été construit avec de la latérite en provenance d’une carrière locale.

L’inventivité des architectes africains leur permet également de trouver des solutions originales pour s’adapter aux contextes géographiques locaux. Afin de permettre aux enfants de la communauté de Makoko à Lagos de ne pas rater leurs cours pendant la période des crues, le nigérian Kunlé Adeyemi a eu l’idée de concevoir une école… flottante. Ce projet a  été récompensé par un Lion d’argent à la Biennale de Venise en 2016.

Termitière, ruche, la nature inspire…

L’Afrique comprend de plus en plus d’édifices imposants qui sont à la fois beaux et innovants. Pour concevoir le système de ventilation naturel du centre-commercial Eastgate Shopping Centre de Harare et éviter l’utilisation de l’air conditionné gourmand en énergie, le Zimbabwéen Mick Pearce s’est inspiré des méthodes de thermorégulation des termitières. Les architectes africains sont aussi devenus maîtres dans l’art de transformer d’anciens sites industriels en véritable écrin. L’imposant silo à grain des docks du Cap en Afrique du Sud abandonné depuis 1990 a ainsi été transformé pour accueillir le plus grand musée au monde consacré à l’art contemporain africain. Le MoCAA ressemble aujourd’hui à une énorme ruche avec ses alvéoles géantes qui donnent l’impression aux visiteurs de se transformer en minuscules abeilles.

Les particuliers ne sont pas oubliés

Les projets commerciaux ne sont plus les seuls à être de véritables petits bijoux architecturaux en Afrique. L’immeuble de 17 étages Nova Apartment situé à Nairobi au Kenya a reçu en 2016 un des premiers prix décernés par l’Africa Architecture Arwards. Ses balcons qui ondulent comme des vagues le long de la façade rappellent certaines créations de Gaudi à Barcelone. A Casablanca, Yasmine Immobilier a inauguré, le 27 mars, la première tour végétale d’Afrique. Situé à Lamu au Kenya sur un site classé par l’Unesco, le projet Swahili Dreams est un ensemble d’appartements de luxe qui s’intègre parfaitement dans l’architecture locale. Les amateurs de beaux édifices n’ont aujourd’hui que l’embarras du choix lorsqu’ils se rendent en Afrique…