This page needs JavaScript activated to work. style>

Valérie Obaze, parce qu’elle le vaut bien…

Publié le 17 mai 2018

Sa marque de cosmétiques mélange savamment les codes du luxe et les recettes de l’e-commerce. En à peine huit ans, Valérie Obaze est parvenue à créer une gamme de soins naturelle qui remporte un grand succès au Nigéria mais aussi en Europe et en Amérique du Nord…

Née à Londres de parents ghanéens et mariée à un Nigérian, cette trentenaire ghanéo-britannique a choisi en 2010 de lancer R&R Luxury dans le pays d’origine de son époux. A Lagos, des marques de mode locales commençaient déjà à connaître un certain succès au début de la décennie mais aucun entrepreneur n’avait eu l’idée de se lancer dans les cosmétiques de luxe. L’ancienne conseillère en relations publiques choisit de relever ce défi en créant sa marque qui reprend toutes les recettes des multinationales comme L’Oréal, Chanel ou Dior.

Elle commence tout d’abord à acheter ses matières premières comme le beurre de karité ou l’huile de coco auprès de femmes expérimentées rassemblées dans des coopératives. L’absence d’intermédiaires permet à Valérie Obaze de mieux rémunérer ses agricultrices. Les cosmétiques sont élaborées avec des spécialistes qui doivent respecter les protocoles d’homologation en vigueur en occident.

Le packaging est, lui aussi, très soigné avec un design minimaliste et très « chic ». Pour vendre ses produits, la femme d’affaires britanno-ghanéenne a joué la carte du commerce en ligne après un essai plutôt infructueux dans la distribution « traditionnelle ». Avec 15.600 followers sur Instagram et un fil sur Twitter réactualisé plusieurs fois par jour, R&R Luxury est parvenu à séduire une clientèle jeunes et branchées. Ses statistiques sur les réseaux sociaux montrent que ses fidèles clientes sont souvent âgées de 25 à 34 ans. Elles vivent aux quatre coins du Nigéria mais aussi au Canada et au Royaume-Uni. Grâce au Web et une bonne stratégie de e-commerce, une marque nigériane de cosmétiques peut aujourd’hui marcher sur les plate-bandes des grands noms du luxe. Affaire à suivre.