This page needs JavaScript activated to work. style>

Lillya importe le soin ayurvédique holistique au Maroc

Publié le 29 août 2018

Médecine traditionnelle indienne pratiquée dans plusieurs pays du monde, l’Ayurvda est très tendance. Et pas qu’en Europe. L’Afrique aussi s’y met. Au Maroc, à Casablanca, deux soeurs ont ouvert le premier centre 100% ayurvédique du pays. My Chic Africa a essayé.

Comme dans un mythe antique romanesque, pour Lillya tout a commencé par une odyssée. Celle d’une Marocaine expatriée, Sanae, contre les douleurs chroniques d’une fibromalgie dont elle a bien cru ne jamais se débarrasser. Au début de l’histoire, il y a un constat physique, celui d’une souffrance constante. La fin, vous la connaissez un peu déjà : grâce à des traitements ayurvédiques, Sanae a retrouvé un corps épanoui et le sourire. Assise à côté de sa soeur, Bahia, dans le confortable canapé de la salle d’attente du centre, en plein centre de Casablanca, elle nous raconte. La voix est sincère, la concentration poussée et l’envie de partage exacerbée. Normal, c’est son vécu personnel qui a donné naissance au premier centre 100% ayurvédique du Maroc :

« Quand je suis tombée malade en Malaisie, où je vivais alors, j’ai essayé tous les massages et toutes sortes de traitements médicaux classiques. Rien ne marchait. J’ai pensé avoir des douleurs chroniques pendant tout le reste de ma vie. Je suis allée me faire soigner à l’hôpital américain de Dubaï et là on m’a dit d’essayer la médecine alternative. Je suis donc allée en Inde, au Kerala, dans un village hindou typique sur les recommandations d’un collègue, qui est devenu mon mari. Là le docteur me dit de rester 40 jours, ce qui était impossible. Par contre je suis retourné en Malaisie avec beaucoup d’huiles ayurvédiques et des techniques de soins qui m’ont complètement soulagée.

Les douleurs sont revenues quand je suis tombée enceinte, quelques années plus tard. Mon accouchement a été très compliqué et je suis tombée en dépression. J’ai fait un traitement de soins d’ayurveda pendant 28 jours et après une semaine je me sentais bien. J’ai perdu mon poids rapidement. J’ai donc dit à Bahia, qu’il fallait importer l’ayurveda au Maroc pour proposer une alternative aux médicaments traditionnels. C’est que nous avons fait en ouvrant Lillya. »

Une science de la vie pour écouter son corps

Le centre, dirigé par les deux soeurs et le mari de Sanae, a ouvert en février dernier et reçoit depuis un accueil favorable de la communauté médicale. « On a des ophtalmologues et des médecins traditionnels qui viennent chez nous et nous envoient même des patients« , se réjouit Bahia, tellement convertie qu’elle envisage aujourd’hui de devenir elle même consultante diplômée. Pour être accessible au plus grand nombre, Lillya baisse ses prix à la découverte avant de les augmenter après l’adhésion. « On essaye d’être le moins cher possible mais nous employons des expatriés et nos huiles sont importées d’Inde car on n’a pas les plantes nécessaires au Maroc« , précise Bahia. Elle ajoute, « on peut faire de l’ayurvédique sans non plus adhérer à 100% au concept. » My Chic Africa a pu essayer les soins et confirme !

Aujourd’hui Lillya, ce sont des cures, des traitements, des consultations, des massages thérapeutiques et des soins de beauté. « L’ayurveda c’est la science de la vie. Elle permet d’apprendre à se connaitre, à écouter et respecter son corps« , insiste Bahia. Comme le corps de chaque être humain est unique, les deux soeurs proposent avant chaque massage une consultation individuelle avec un médecin indien diplômé en ayurveda. « Cela permet de personnaliser le soin, notamment les huiles. Nos thérapeutes sont eux aussi diplômés et travaillent ensemble avec les médecins pour proposer des soins adaptés le plus possible au client », argumente Sanae, qui habite toujours à Dubaï et partage Lillya avec son travail dans l’industrie énergétique. Elle a aussi embauché le médecin ayurveda qui l’a soignée dans le golfe. Un autre consultant accompagne le centre pour sa montée en compétence et l’adaptation au Maroc, où le climat et la nourriture sont très différents de l’Inde.

Une question de gestion des équilibres énergétiques

Réalisé avec des huiles naturelles relatives donc à chaque constitution physique, chaque massage de Lillya est unique, mais assume toujours les mêmes objectifs: stimuler le système lymphatique, diffuser les nutriments dans le corps et évacuer les toxines des cellules. Qu’il soit Abhyangam, Nasya, Vasthy, Pichu, ou encore Tharpanam, il régénère le corps, prévient le vieillissement,stimule le sommeil, améliore le teint et renforce et améliore la santé. « Nous traitons les causes et les origines, pas les symptômes« , note Sanae, qui a amené son mari dans cette aventure 

Pour comprendre les bienfaits de ces soins, il faut savoir de quoi s’agit exactement l’ayurveda. Petite leçon de synthèse signée de Bahia : « Trois énergies contrôlent le corps : mouvements, transformation et lubrification du système immunitaire. Chaque être humain les a tous toutes les trois, ce sont juste les pourcentages qui changent. Il faut donc garder les trois dans un état d’harmonie et d’équilibre, c’est quand il y a déséquilibre que les problèmes de santé surviennent. La composition des plantes dans les huiles participe à ce rééquilibrage. » Que vous soyez comme Saint Thomas ou pas, allez confronter la théorie à la pratique.