This page needs JavaScript activated to work. style>

L'Afrique redécouvre le café haut de gamme

Publié le 30 juillet 2018

Fondé en 2012, Neo compte déjà 7 points de vente à Lagos. Ses fondateurs, Ngozi et Chijoke Dozie, veulent faire découvrir aux Africains les bienfaits du café haut de gamme.

 

Les étudiants viennent là siroter un latte et profiter de la connexion wifi pour surfer sur la Toile avec leur ordinateur portable. Les hommes d’affaires passent en coup de vent acheter un expresso avant de retourner au bureau. Deux jeunes femmes élégantes refont le monde en dégustant un cappuccino au fond d’un canapé moelleux. Un joggeur préfère se rafraîchir en commandant un Frappucino au caramel avant de croquer un croissant. Le lieu pourrait être installé à New York, Londres ou Paris mais il se trouve en réalité à… Lagos. Neo est la première chaîne de café haut de gamme du Nigéria. Les deux frères qui l’ont créé en 2012 et la dirigent depuis, Ngozi et Chijoke Dozie, ont voulu ainsi refaire découvrir à leurs compatriotes les plaisirs d’un nectar inventé sur leur continent.

Le café est né en Ethiopie et l’Afrique est, aujourd’hui encore, un des principaux producteurs au monde de cette boisson énergisante mais rares sont les Africains qui commencent leur journée avec un robusta bien serré ou un arabica sucré. La plupart ont pris l’habitude de boire des cafés solubles fabriqués avec des cafés importés de piètre qualité. L’idée des frères Dozie est de faire découvrir aux Africains les excellents grains torréfiés qui sont cultivés sur leurs terres avant, le plus souvent, d’être exportés. La chaîne de magasins qu’ils ont imaginé est baptisée Neo qui signifie « nouveau » en latin et « cadeau » en Tswana, la langue du Botswana. Les cafés proposés sont tous produits avec de l’arabica en provenance du Rwanda, un pays dans lequel le premier caféier a été planté en 1904.

Un modèle venu… d’Inde

Cette enseigne, qui compte sept points de vente à Lagos, s’est inspirée de Café Coffee Day pour mettre au point son modèle. Fondée en 1996 à Bangalore, cette chaîne possède aujourd’hui plus de 1500 points de vente en Inde ainsi que des filiales en Malaisie, en République tchèque et en Autriche. Son succès tient à la rapidité de son développement et sa structure verticale. Les cafés vendus dans ses magasins proviennent ainsi de ses propres plantations qui s’étendent sur près de 4050 hectares à Chickmagalur au sud-ouest de l’Inde.

Le groupe qui contrôle l’enseigne, Coffee Day Enterprises Limited, a reçu en 2010 le soutien d’importants investisseurs comme la banque Standard Chartered pour financer son développement et garder une longueur d’avance sur l’acteur majeur de ce secteur : Starbucks. Le géant américain, qui compte 24.000 boutiques dans 75 marchés, a en effet attendu 2012 pour s’allier avec le conglomérat local et familial Tata afin de s’implanter en Inde.

L’enseigne comprend aujourd’hui plus de 1200 cafés dans le pays mais elle a toujours du mal à supplanter Café Coffee Day. Neo souhaite, lui, aussi connaître la même réussite que son modèle asiatique. Car si Starbucks est déjà présent en Afrique du Sud, au Maroc et en Egypte, il ne s’est pas encore implanté en Afrique de l’Ouest ni au Nigéria qui est pourtant le pays le plus peuplé du continent avec 190,6 millions d’habitants. Lors de votre passage à Lagos, n’oubliez donc pas de déguster un arabica bien serré chez Neo…