This page needs JavaScript activated to work. style>

kLab, l'incubateur qui transforme une idée en start-up

Publié le 20 septembre 2018

Depuis six ans, le kLab aide les jeunes rwandais porteurs d’un projet entrepreneurial à transforme leurs idées en start-up. Fleuron de la Tech sociale d’Afrique de l’Est, ce laboratoire de la connaissance a fait naitre 200 entreprises. Mais la fierté de son fondateur, Aphrodice Mutangana, est ailleurs.

« Certaines vérités ne nous paraissent invraisemblables que, tout simplement, parce que notre connaissance ne les atteint pas ». Pour ne pas donner encore plus de sens à la citation d’Amadou Hampâté Bâ, Aphrodice Mutangana veut donner aux jeunes entrepreneurs en herbe du Rwanda les clefs de la connaissance numérique. Celle qui rend plus vraisemblable la vérité de la transformation digitale pour celui qui la comprenne en la vivant.

Transformer des bonnes idées en entreprises viables dans un pays 75% de la population a moins de 25 ans : c’est la mission du fondateur de kLab, un pré-incubateur rwandais qui fait aujourd’hui figure de modèle dans le paysage africain de l’aide à la création d’entreprise. Et dans les initiatives pour éduquer les jeunesses du continent à l’entrepreneuriat.

@Juan Herrero

Le concept du Knowledge Laboratory (Laboratoire de la connaissance en français), fondé à 2012 à Kigali ? Offrir un espace gratuit aux porteurs de projets pour les aider à transformer la vision en réalité. Open space accessible gratuitement, 24 heures sur 24, sans limitation de temps, avec wifi, bureaux, salles de réunion, et espace détente, le kLab  organise des pitches chaque trimestre pour permettre aux start-up de séduire d’éventuels investisseurs. Les tickets de financement vont de 25 000 à 1 million de dollars.

Faire de kLab un passage obligé à Kigali

Avec 1 700 membres, cette pépinière de jeunes pousses du digital peut se targuer d’avoir fait naître 200 entreprises, dont 60 ont atteint le stade de maturité et 4 sont leader sur le marché dans leur secteur d’activité. Deux se sont même développées à l’international. Dont GiraICT, qui démocratise tablettes et smartphones, accessibles aux plus bas revenus grâce au paiement mensuel. Autre fierté du kLab, AC Group, spécialiste du paiement électronique dans les transports, qui a atteint une valorisation de 10 millions de dollars et emploie plus de 100 personnes.

@ Juan Herrero

Pas étonnant donc qu’Aphrodice Mutangana, lauréat du prix de l’innovation de TV5Monde en 2017, se définisse d’abord comme un entrepreneur social. Dans sa philosophie de l’entreprenariat, la communauté est à la source du changement. C’est par elle que se fera la vraie transformation digitale de l’Afrique, il en est persuadé. C’est pour que cela que kLab, installé au sixième étage de l’Innovation Center, un immeuble gouvernemental réunissant start-up et acteurs du numérique de Kigali, veut rester gratuit. Et un espace de partage, de transmission et d’échange.

Conçu comme une plateforme communautaire, l’incubateur accueille des mentors venus du secteur privé ou de l’enseignement universitaire. Il a même développé une expertise de l’open innovation. Place désormais au KLab City, le prochain gros projet d’Aphrodice Mutangana. « Notre propre espace entière privé, avec un stade, un hôpital, des hôtels, précise le grand ordonnateur. Son but ultime ? « Je veux faire de KLab le passage obligé pour toutes les personnes de passage à Kigali. » Après tout le tourisme de Tech existe déjà à San Francisco et dans la Silicon Valley…