This page needs JavaScript activated to work. style>

La mode africaine Vogue sur son flow

Publié le 25 juin 2018

Une déclaration du mannequin britannique Naomi Campbell en faveur de la création d’une version africaine du magazine fashion a conforté l’influence grandissante du continent sur le marché mondial de la mode.

C’est un vieux serpent de mer qui a ressurgi des flots après une déclaration de Naomi Campbell. De passage au Nigéria pour défiler lors de l’Arise Fashion Week, qui se déroulait du 30 mars au 2 avril à Lagos pour la première fois depuis six ans, le mannequin britannique a  relancé le débat concernant la création d’une version africaine du magazine Vogue. “Ce continent n’a jamais eu l’opportunité de faire valoir sa contribution à la mode internationale, de voir ses tissus et ses créations adoubées par le monde entier, a expliqué l’ancienne top model dans une interview accordée à l’agence Reuters. Il est temps que naisse un Vogue Afrique. Le Vogue Arabie existe désormais. La logique voudrait que l’Afrique suive.“  Naomi Campbell n’est pas la seule femme à soulever cette question, alors que le magazine Elle a lancé une version en Côte d’Ivoire.

Un mois plus tôt, la fondatrice de la plateforme digitale Refashion Africa, Leanne Tlhagoane, s’est, elle aussi, demandé dans une tribune publiée dans The Business of Fashion “où était Vogue Africa“ : “Les sceptiques, qui continuent de voir l’Afrique dans la pénombre et pensent en conséquence qu’un magazine prestigieux comme Vogue n’a pas sa place ici, n’ont pas constaté la renaissance rapide et l’énergie qui se développent dans presque tous les coins du continent. »

Luxe et mode en Afrique, c’est 31 milliards de dollars

Le photographe et maquilleur camerounais, Mario Epanya, plaide, pour sa part, depuis près d’une décennie en faveur de la création d’une déclinaison africaine du célèbre mensuel publié par le groupe Condé Nast. Les couvertures de Vogue Africa qu’il a imaginées ont même été exposées aux Etats-Unis et au Brésil. Interrogé en 2010 par Vogue Italie, cet habitué des défilé de mode a expliqué qu’un tel magazine représenterait “l’hommage ultime (envers) les femmes africaines qui sont très fortes et optimistes ». « Une édition (africaine) de Vogue pourrait aussi aider à soutenir le développement de la mode africaine”, ajoute le photographe.

Pendant que ses avocats influents plaident pour un Vogue Afrique, le marché continental du luxe, porté notamment par la mode, se développe aussi vite que sa classe moyenne, son urbanisation et les comptes en banque de ses millionnaires.  » Le continent africain entre dans le club des régions du monde les plus stratégiques pour la vente d’objet de luxe « , déclarait en décembre dernier le patron de l’IFOP lors de la sortie en décembre 2017 du livre sur les tendances en Afrique de la vente et marketing de luxe. Les chiffres lui donnent raison: le marché africain de la mode et du luxe a été évalué à 31 milliards de dollars en 2016 par Euromonitor.

La Fashion Week de Lagos en parangon

«  Des marques comme Zegna, Hugo Boss, Mango ou Zara, des magazines comme Elle ou encore Cosmopolitan sont les pionniers de cette intégration avec l’ouverture de boutiques ou le lancements de versions locales. Depuis 2 ans les pays africains sont présentés comme le prochain marché d’avenir pour la mode et le luxe, mais on decouvre dans le même temps toute une génération de créateurs aux idées nouvelles qui pourraient bien devenir des acteurs importants de la mode créative. Le continent montre une singulière vitalité créative, avec pour principale vitrine la fashion week de Lagos « , constate Jean-Marc Chauve, Directeur Artistique d’IFA Paris.

C’est lors de la Lagos Fashion Week, observée désormais de près par les journalistes du Vogue US, Italie et Grande-Bretagne que se sont révélés les stylistes africains Maki Oh, Lisa Folawiyo, Nkwo Onwuka, Imane Ayissi, Loza Malofombho, Meena, Orange Culture ou Laurence Airline. Depuis avril 2017, Edward Enningul, un Anglais d’origine ghanéenne dirige d’ailleurs l’édition britannique de Vogue. Entre l’Afrique et le fashion, plus qu’un Vogue c’est une véritable vogue.