This page needs JavaScript activated to work. style>

Le Phare des Mamelles, et que la lumière soit…

Publié le 17 mai 2018

C’est un pari un peu fou qu’Hicham et Diana se sont lancés en 2016 : transformer le Phare des Mamelles en un des lieux les plus cools et les plus courus de Dakar… Le pari est-il réussi ?

Construite en 1864, cette tour blanche est bien connue des habitants de la capitale sénégalaise. Chaque nuit, son faisceau balaie la ville et l’océan. Les navires qui croisent au large peuvent voir sa lumière à une distance de 53 km. Situé sur la plus haute des deux collines volcaniques des Mamelles qui lui ont donné son nom, ce phare a trôné durant plus d’un siècle et demi au milieu d’une nature luxuriante laissée à l’abandon.

Après des études à Paris et un retour à Marrakech où il a travaillé pendant quinze ans dans l’entreprise familiale d’agroalimentaire, Hicham a décidé, il y a quatre ans, de réaliser son rêve d’enfant et de vivre en Afrique subsaharienne. « Je suis arrivé à Dakar pour effectuer une petite mission de consulting et j’ai vite réalisé que la ville manquait d’endroits sympas où on pouvait écouter de la musique live, explique t-il. Ma femme, qui est une Libanaise de la brousse sénégalaise, avait travaillé de nombreuses années dans l’événementiel. Tout en faisant de l’importation de matériaux destinés à la construction, j’ai cherché des lieux insolites pour ouvrir un local dans lequel on pourrait voir des performances. Et quand je suis arrivé ici, mes yeux ont tout de suite brillé… ».

Un lieu ludique unique

Le point culminant de Dakar offre, il est vrai, une vue imprenable sur la ville et l’immensité bleue. Au nord, la pointe des Almadies est l’extrémité occidentale du continent africain. Au sud derrière le port apparaît l’île de Gorée et son patrimoine historique. Lors des beaux jours, il est même possible d’apercevoir la presqu’île du Cap-Vert. Au sommet de l’autre colline des Mamelles se trouve l’imposant Monument de la renaissance africaine, une sculpture en bronze et en cuivre de 52 mètres de hauteur construite par une entreprise nord-coréenne. Un coup d’œil vers la ville vous permet de voir plusieurs quartiers comme Ouakam, Mermoz, Yoff et le Plateau.

Géré par le Port autonome de Dakar, le phare est un lieu très sensible. L’armée sénégalaise a installé des antennes au sommet de ce volcan endormi. Les ambassades françaises, américaines et britanniques y possèdent aussi des installations tout comme la télévision nationale et les opérateurs téléphoniques. Pour obtenir l’autorisation de s’installer sur ce site, Hicham a respecté un cahier des charges très précis. Mais depuis le mois d’avril 2016, l’homme d’affaires reconverti en roi de la nuit dakaroise gère ce lieu qu’il a logiquement baptisé… le Phare des Mamelles.

Son bar en plein air et son restaurant caressé par les vents marins proposent un menu simple mais excellent. Ouverts quatre jours par semaine, ils respectent toujours le même calendrier. Le jeudi est la soirée consacrée à la danse du ventre et aux percussions orientales. Chaque vendredi, des groupes viennent jouer de la musique « live ». Les samedis, la grande terrasse se transforme en boîte de nuit géante jusqu’à 3h30 du matin et les dimanches sont consacrés aux brunchs. Vous vous demandez toujours où passer votre soirée à Dakar ?