This page needs JavaScript activated to work. style>

Fashion et dunes désertiques, le mariage glamour du FIMA

Publié le 19 juillet 2018

Pour la première fois en 20 ans, le FIMA ne sera pas organisé au Niger mais à Dakhla au sud du Maroc. Des créateurs de renom sont attendus durant ce festival qui durera quatre jours.

 

À vos agendas… Pour célébrer son vingtième anniversaire, le Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) se tiendra, du 21 au 24 novembre, dans la ville de Dakhla La onzième édition de ce rendez-vous qui rassemble tous les deux ans les principaux créateurs de la région va donc quitter pour la toute première fois le désert du Niger pour s’installer sur la Rive d’Or du Royaume du Maroc. Fondé en 1884, le premier comptoir de pêches des colons espagnols portait lors de sa création le nom de Villa Cisneros avant de servir d’escale pour les avions européens desservant l’Amérique Latine dans les années 40 à 60. Dakhla est devenu au fil du temps une ville portuaire, moderne et touristique grâce notamment à ses plages de sable fin qui s’étendent à perte de vue.

Choisir ce superbe écrin pour le FIMA, cette perle de la mode africaine, semblait donc couler de source pour Alphadi, le fondateur de ce festival qui a été nommé en 2016 « Artiste pour la Paix » par l’UNESCO. « Le Maroc est un partenaire de choix pour le FIMA, qu’il accompagne et dont il appuie les actions depuis ses premières heures en 1998 dans le désert du Ténéré, souligne cet artiste nigérien salué par Christian Lacroix et Paco Rabanne qui a été le premier créateur africain à organiser des défilés de haute couture à Paris. C’est aussi un hommage à feu Hassan II, qui nous a soutenu dès le début. »

Les jeunes créateurs mis en avant

La liste des participants n’a pas encore été dévoilée mais on peut s’attendre à la participation de créateurs de renom comme ce fut le cas dans le passé avec la présence de stars internationales telles Yves Saint Laurent, Kenzo et Issey Miyake. Le calendrier des événements prévus par les organisateurs est, lui, connu. L’ouverture officielle sera organisée, le 21 novembre à 16H, avant le coup d’envoi d’une Nuit Musicale dédiée « à la mode et au rapprochement des peuples ». Le lendemain sera consacré à des défilés Panafricains et la journée du 23 novembre sera marquée par le concours des Jeunes Créateurs Top Models ainsi que par les remises de prix accordés aux meilleurs bijoutiers, maroquiniers et tisserands. Deux étudiants auront même l’honneur de voir leurs créations défiler durant le Festival.

Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, le FIMA a créé une synergie entre l’école de mode Casa Moda à Casablanca et l’Ecole supérieure de la Mode et des Arts de Niamey. Cette coalition a pour but de découvrir de nouveaux talents grâce notamment au concours TOP model qui aura lieu à Marrakech, au concours de jeunes créateurs de Casablanca et au grand concours des mannequins qui rassemblera plus de trente pays africains à Marrakech.

Pour clôturer la quatrième journée de ce festival, la Grande Nuit FIMA sera marquée par un défilé de vingt créateurs africains et de cinq designers originaires des autres continents. Des concerts et des expositions artistiques sont aussi annoncés par les organisateurs de ce rendez-vous bisannuel qui a pour vocation de « rassembler les cinq continents en terre africaine et de favoriser la construction de passerelles pour permettre l’expression des talents ». Surnommé la Porte de l’Afrique, Dakhla semble être le lieu idéal pour accueillir un tel festival.