This page needs JavaScript activated to work. style>

Le street art africain s'invite sur les murs d'hôtel à Nairobi

Publié le 11 septembre 2018

Le street art est votre guide quand vous arpentez une nouvelle ville ? Alors rendez-vous à Nairobi au Kenya où le graffeur pionnier WiseTwo a réalisé la plus grande peinture murale d’Afrique sur la face de l’hôtel ibis Styles-Nairobi Westlands.

Entre Nairobi, ville colorée et animée, et le street art l’idylle est au beau fixe. La preuve, la capitale kenyane reste la seule ville au monde connue pour avoir des graffitis jusque sur ses véhicules de service public. Pas étonnant donc que la métropole inspire les concepts ambitieux. Comme par exemple la fresque murale de l’ibis Styles-Nairobi Westlands . L’hôtel du groupe AccorHotels souhaitait susciter l’intérêt de ses invités mais aussi des passants, il a donc décidé de donner carte blanche à l’artiste de street art Wise Two, qui a relooké des murs dans le monde entier. Il a également participé à plusieurs projets communautaires au Kenya pour aider à la réhabilitation des jeunes de la rue et développer la formation d’artistes prometteurs.

Il faut savoir que la communauté artistique du graff’ de Nairobi est en pleine croissance : tout le monde se connaît et à chaque fois qu’un artiste reçoit une commande pour une fresque murale, il invite les autres à se joindre au projet. C’est donc avec son ami, le graffeur kenyan Kerosh, que WiseTwo a réalisé cette œuvre monumentale. Les deux prodiges ont passé des dizaines d’heures suspendus pendant trois semaines, pour un résultat final à la hauteur des attentes suscitées par l’oeuvre.

De Nairobi à Casa, la fresque murale est tout un art africain 

Ses masques complexes aux couleurs vives et explosives apposées sur des fonds profonds et vifs, évoquant des éléments tribaux traditionnels ainsi que la complexité contemporaine, ornent les façades avant et arrière de l’hôtel. Ils racontent la diversité et la beauté des Kenyans. Avec ces graffitis, l’ibis Styles-Nairobi Westlands est le premier édifice du pays à faire de sa façade un lieu d’exposition. Mais ailleurs en Afrique, le graff’ s’impose.

Toiles de béton et de brique, elles sont le support des états d’âme des artistes. Pages blanches gigantesques, elles permettent aux créateurs de déclarer au monde les sentiments qui bouillonnent au plus profond de leur âme. Elles, ce sont vous l’aurez compris ces fresques murales qui constituent un art à part entière. Pour la cinquième année consécutive, le festival marocain de street art Sbagha Bagha a permis à quatre “performers” de renom d’éclabousser de tous leurs talents les murs de Casablanca.

CONTENU SPONSORISÉ