This page needs JavaScript activated to work. style>

Boulay, si près et si loin en même temps…

Publié le 04 juillet 2018

Archipel situé à quinze minutes à peine du cœur d’Abidjan, l’île Boulay est un petit paradis caché, une villégiature très prisée pour son isolement et sa proximité.

 

Le Plateau, ses immeubles modernes, ses multinationales et ses grandes institutions internationales sont tout proches. Lorsque le vent souffle du mauvais côté, on entend même les klaxons des voitures qui sont bloquées dans les bouchons du principal quartier des affaires de la capitale économique ivoirienne. Dans l’archipel qui porte le nom d’un ancien colon dont c’était la plantation, ce ramdam au charme spécifique semble très loin. Les seuls bruits qui viennent perturber le silence ambiant sont les gazouillements des oiseaux. Rattachée à la commune de Yopougon, Boulay comprend pas moins de treize îles aux noms parfois mystérieux comme Ossibissa, N’gbossroya, Quartier baoulé, Eden city, Johnnykro Mangokro, Azito palace, Azito Beach, l’Eden Beach, African paradise ou N’zimakro Longue de 11 km et large de 3 km, Boulay est la plus grande d’entre elle.

Si Abidjan est une ville en pleine évolution, ces îles n’ont pas beaucoup changé depuis l’arrivée des premiers colons. Elles n’ont toujours pas l’électricité ni de routes goudronnées. Très peu peuplées, elles sont couvertes de plantations de cocotiers. Pour les découvrir, il faut prendre un bateau pour rejoindre une des paillotes qui accueillent les visiteurs. Certains restaurants ont leurs propres plages de sable fin comme le Coconut Grove ou Chez Eric sur la Kava-Kava Beach. Le Rosa Beach possède, lui, une petite piscine dans laquelle les enfants aiment plonger la tête la première. Plusieurs établissements proposent également quelques chambres.

Le QG des « rich & famous »

C’est le cas notamment du Maria Resort. Le Romano Lodge se trouve, lui, à deux pas de la baie des milliardaires. Cette anse est, comme son nom l’indique, le lieu préféré des « rich and famous » d’Abidjan. Cachées au milieu d’une végétation luxuriante, de sublimes villas luxueuses accueillent surtout le weekend leurs propriétaires et leurs familles qui viennent se détendre avant de retourner dans la fourmilière citadine le dimanche soir. Les eaux chaudes de la lagune permettent de pratiquer de nombreux sports d’eau comme le ski nautique, le wakeboard, le jet ski ou la planche à voile. Les plages sont appréciées par les amateurs de farniente, les cours de tennis et des terrains de beach-volley par les plus sportifs.

Pour se rendre sur cet archipel, deux options sont possibles. La première, réservée au groupe, consiste à louer un bateau bus de 50 à 144 places auprès de la société Sotra. La seconde vous permet de monter à bord d’une navette collective qui part d’un quai situé tout près de l’Azito Palace, un restaurant situé au bord de l’eau qu’il est facile de rejoindre en taxi à partir du Plateau. Le pont de 969 mètres de longueur qui va franchir la lagune Ebrié et relier la commune de Yopougon à l’île Boulay va bientôt permettre d’accéder bien plus facilement à cet archipel. La tranquillité n’est plus est une richesse insoupçonnée.