This page needs JavaScript activated to work.

Le ressourcement à Essaouira, une vague de bien-être

Publié le 02 septembre 2018

Les vagues et la mer n’ont plus le monopole du tourisme à Essaouira. Depuis quelques années, un marché du bien-être riche de complémentarité impose la ville du vent comme un must du ressourcement au Maghreb. My Chic Africa s’est rendu sur place.

L’ion, ça vous dit quelque chose ?  Pas le Roi de la jungle de Disney, non. L’atome (ou molécule) portant une charge électrique et ayant perdu ou gagné des électrons sur sa couche externe. Voilà pour la définition scientifique ésotérique hors sujet. Ce qui nous importe nous ici, c’est de savoir que quand l’ion est négatif, une énergie régénératrice flotte dans l’air. Comme par exemple celui d’Essaouira. Pendant des décennies, la ville du vent a réservé ses avantageux attributs aux sports de glisse, le windsurf puis le kitesurf, premiers atouts touristiques de la cité portuaire re-fondée à la fin du 18è siècle. Mais depuis quelques années, l’ex-Mogador s’impose comme le nec plus ultra du bien-être au Maghreb. Les Douars et centres dédiés se multiplient, histoire de répondre à une demande en plein essor.

Pour Nanie, une des associées du Jardin des Douars, l’explosion du tourisme de bien-être à Essaouira relève de l’évidence. « Une des premières fois que je suis venue, c’était pour faire du windsurf avec mes parents, j’avais rencontré un kinésiologue qui m’avait dit que l’atmosphère ici favorise la détente et la décontraction. Elle se prête au sommeil, à une certaine zénitude« , nous explique la gérante de cet hôtel de charme premium construit au fil des années comme un palais d’hôtes.

Au coeur des collines, à 15 min de la médina, le Jardin des Douars accueille depuis trois ans des retraites de yoga « pour répondre à une demande qui ne cesse de croître. Nous avons aussi adapté notre carte avec une offre de repars vegan et sans gluten. On va bientôt se mettre à l’alimentation ayurvédique et propose des menus adaptés aux yogistes« , développe Nanie, associée avec son mari et deux autres couples. Avec sa piscine naturelle et son spa haut de gamme, l’établissement propose une offre pragmatique. Mais sincère.

Ateliers cosmétique bio DIY et semaines de jeûne

Fière de « planter des idées pour que l’exploration du bien-être en Afrique puisse germer », Nanie, Française expatriée, aimerait que ce marché soit adopté par les continentaux, pas uniquement par les occidentaux. « Il y a une sensibilité naturelle au Maroc avec la culture du hammam et du gommage hebdomadaire. Pour l’instant je dirais que l’offre à Essaouira se met en place mais il y a encore beaucoup de choses à faire« , conclut-elle.

Comme proposer un centre dédié à la naturopathie, le yoga et l’alimentation saine. C’est ce qu’a fait Anne Gaëlle au riad des Deux Mondes, isolé sur une route caillouteuse à la sortie d’Essaouira. À peine arrivée, le potager en permaculture , le poulailler, le chauffe-eau solaire et les roseaux de la phytoépuration font rapidement comprendre l’esprit de la maison.

« Nous ne sommes pas des hôteliers, notre offre est organique. Ce riad, c’est d’abord une volonté de partager le mode de vie de notre famille. Le bien-être c’est beaucoup de choses. Par exemple ce qu’on met sur sa peau, ce qu’on mange, la façon dont on respire, son rapport à la terre… Chez nous on a des ateliers pour apprendre à faire ses cosmétiques bios soi-même, des menus ayurvédiques pour les retraites de yoga et on organise aussi des semaines de jeûne« , argumente cette naturopathe mère de quatre enfants, qui ambitionne de former les locaux à la permaculture.

La piscine naturelle du Douar Noujom, une expérience énergétique unique

Aux Deux Mondes, la beauté est à l’intérieur. Dehors, rien de clinquant ou de luxueux. L’essentiel est ailleurs. Volontaire ou non, le message séduit une clientèle marocaine de plus en plus nombreuse. « La classe moyenne de Rabat ou Casablanca s’y met. Elle est encore en phase découverte donc le besoin de pédagogie est essentiel. Nos professeurs de yoga aussi peuvent être marocains« , constate la maîtresse des lieux avant de nous inviter à aller faire une séance de yoga.

Du yoga, le quêteur de ressourcement en trouvera aussi au Douar Noujoum. Dans cet espace holistique envoûtant presque mystique, où chaque espace possède ses propres énergies, agencement des bâtiments en Feng Shui oblige, Bernard, le propriétaire, préfère parler de renaissance à soi-même. Psycho-thérapeute en psychologie biodynamique, praticien en  médecine chinoise et quantique, ce pionnier du bien-être à Essaouira a construit un lieu qui « devait me ressembler ». Si le Douar Noujoum rend hommage à la culture thérapeutique gnaoua, très présente à Essaouira, ce n’est pas un hasard. Quand il a acheté le terrain en 2005, Bernard n’aurait pu voir qu’un amas de cailloux. Il a préféré ne voir que la tortue, « symbole de longévité ».

Treize ans plus tard, il accueille et pratique dans un espace dédié au yoga, du tai-chi, du qi kong, au ressourcement énergétique, à différentes formes de thérapie, à la médecine chinoise et quantique. Ses stages de formation de groupe ramènent la grande majorité des clients. Il organise aussi de cures psycho-énergétique sur une semaine. Mais les curieux qui viennent expérimenter le Douar Noujoum, sa piscine naturelle où le vortex central vous happe par ses flux d’énergies, son hammam où allongé en foetus vous pourrez retourner dans le ventre de votre mère, sont immédiatement aspirés par le lieu.

Pour un weekend ou une semaine, lâcher-prise total

Espace de guérison holistique, le centre sied à Essaouira, « où règne une énergie de paix et de calme propose à l’authenticité que cherchent ceux qui viennent ici pour le bien-être, un marché porteur si on fait des choses de qualité« , assure Bernard. Philippe et Sofia ne diraient pas autre chose. Installés au Kazen Garden à temps plein à Essaouira depuis deux ans, ce couple de Marocains d’adoption proposent eux aussi une expérience régénératrice. Situé à 10 km de la mer au flanc d’une colline sur le Douar Ait Lahcen, protégé des vents dominants du nord-est, l’éco-lodge en pierre locale aux 400 oliviers, amandiers, fruitiers à noyaux et agrumes. Et au potager permaculture.

« Valoriser son potentiel », « Bien-être, sport et nutrition », « Yoga, pilate et nouvelles énergies », « Thérapie du bien-être » : les séjours de 5 ou 6 jours invitent tous au lâcher-prise total. Reiki, hypnose et Thai chi sont aussi au menu du Kazen Garden en séjour de 1 à 3 jours pour les formules weekend. Sur le papier, cette offre a le mérite d’être différente sans être ni unique ni déjà-vu. C’est ce qui fait la richesse du bien-être à Essaouira.