This page needs JavaScript activated to work. style>

Le Madaraka Express : ce train que le Kenya n'a pas oublié de prendre

Publié le 21 octobre 2018

Parcourir l’Afrique est une aventure, une émotion et une expérience. À cela on peut désormais rajouter le confort, le plaisir voire l’innovation. Bienvenue dans le Madaraka Express qui relie Nairobi à Mombasa. My Chic Africa l’a testé et s’est pris un bon rail dans la vue…

À tous ceux qui imaginent des locomotives vieillissantes au départ de gares ferroviaires nappées d’un charme désuet issu d’un autre temps, sachez le cette époque est révolue. Il va falloir revoir ses critères sur la mobilité africaine, car désormais le continent se met à la page ! Un des exemples les plus emblématiques de cette transformation est la nouvelle ligne qui relie Nairobi à Mombasa.

Baptisé le Madaraka Express, ce nouveau train, construit et géré par un consortium chinois, la China Roads and Bridges Corporation, a fier allure quand il traverse la savane kenyane. Il a surtout pour lui l’avantage du confort et d’un voyage qui dure six heures contre douze pour l’ancienne ligne construite par les Anglais à la fin du 19ème siècle.

Un pittoresque innovant

Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est une ambiance digne des films du fameux réalisateur Wes Anderson (« Grand Budapest Hotel », « À bord du Darjeeling Limited »). Tout est parfait. La propreté de la gare, les uniformes des équipages tout comme leur garde à vous aux abords du train confèrent une ambiance pour le moins différente de ce que l’Afrique a pour habitude de nous offrir. Les simples faits de marcher sur le quai et de monter dans le train constituent déjà une expérience en soi.

Le Madaraka, de conception chinoise possède sa propre personnalité. Recouvert d’inox dans les parties communes, il est à la fois simple dans son design intérieur tout en offrant les commodités nécessaires aux voyageurs. Que cela soit en première ou en deuxième classe, le confort et le silence sont de mise. Un confort qui permet aux voyageurs de savourer les contrées kenyanes tout en attendant le personnel de bord qui vient vous servir boissons et collations.

« J’ai même pu voir un troupeau d’éléphants »

« Je ne m’attendais pas à cela », nous confie Kanichi Yamamoto, un touriste japonais qui parcourt l’Afrique de l’Est. Rencontré dans la train, il est bluffé par l’ambiance et le confort : « Le train est en hauteur. Cela donne une autre perception des décors naturels du pays. On peut admirer les terres agricoles et la manière dont elles sont travaillées tout comme la savane et l’horizon en second plan. J’ai même pu voir un troupeau d’éléphants. La voix qui donne des informations sur les endroits que nous traversons m’a aussi énormément surpris. »

Le Madaraka est bien plus qu’une alternative aux autres modes de transport. Comme par exemple le bus qui peut prendre jusqu’à 11 heures pour faire la navette entre les deux villes. Car, voyager sur la route c’est endurer un trajet long et très fréquenté par les poids lourds.  Malgré ses avantages évidents, la nouvelle ligne de train, projet d’infrastructure le plus coûteux du pays à ce jour (3.8 milliards de dollars), représente la première phase d’une ligne régionale qui s’étendra à l’Ouganda, au Rwanda, au Sud-Soudan et à l’Ethiopie. Vous n’avez pas fini de voir du pays au départ de Nairobi.