This page needs JavaScript activated to work. style>

Rodrigues, une île authentique et anti-stress

Publié le 17 mai 2018

Sauvage, authentique et hors norme, Rodrigues est un paradis en plein cœur de l’Océan Indien, voisin de l’île Maurice. Une destination restée à l’écart des flux touristiques de masse. Encore méconnue, cette perle jouit de charmes exceptionnels qu’elle entend désormais faire découvrir aux amoureux de la nature. My Chic Africa y est allé et vous raconte. 

Vue du ciel, une robe claire se dévoile et laisse déjà entrevoir un visage harmonieux, doux, souriant : Rodrigues ou la Cendrillon de l’archipel des Mascareignes, en plein cœur de l’Océan Indien, est seulement à 1h de vol de l’île Maurice, sa mère protectrice… Un minuscule caillou bordé d’un lagon turquoise de 200km², véritable don de la nature. Défendue par sa barrière de corail et épargnée par le brouhaha touristique mauricien de ces 30 dernières années, cette terre du bout du monde inspire une sensation de bien-être, perceptible dès la descente de l’avion. Son anachronisme séduit rapidement. Ici, c’est “l’île authentique et anti-stress”.

Trésor caché et encore réservé à moins de 100 000 visiteurs privilégiés chaque année, Rodrigues, d’origine volcanique, revêt des apparats de paradis sauvage, entre pêche traditionnelle, vallées rocailleuses, plaines vertes aux vaches et cabris flânant au soleil, flore exotique, sable blanc et îlots. La diversité des paysages laisse rêveur : tantôt nous voici en Irlande, quelques kilomètres plus loin, aux Antilles françaises, et même dans ses parties les plus volcaniques, la micro-île de Stromboli. Peu peuplée, moins de 50 000 habitants, l’île jouit du privilège rare pour un tel joyau d’avoir su rester à sa dimension : le tourisme de “nasse” prend ici le pas sur le tourisme de “masse”. Ici, presque 80 % des visiteurs n’en sont pas à leur premier séjour. Rodrigues aimante. Une attirance due à un rythme de vie et des infrastructures peu envahissantes, laissant la place à un panel rare d’activités fusionnelles avec la nature et l’autochtone.

Une barrière de corail plus riche que celle d’Australie

Une nature omniprésente et en harmonie avec les traditions rodriguaises telles que sa pêche à la senne, où les poissons et les hommes se retrouvent pour une joute dans le lagon aux ressources halieutiques primordiales pour l’île. En son cœur, la Cendrillon des Mascareignes possède une variété de plantes et d’arbres luxuriante. Une végétation harmonieuse s’étalant du point culminant Mont Limon (398m), offrant une vue imprenable sur l’île et son lagon, jusqu’à ses nervures comme Saint-Gabriel, Mont Lubin, Quatre Vents et Grand Montagne.

Cette nature authentique est propice aux activités pédestres, avec des chemins encore non balisés mais praticables qui amènent jusqu’au littoral de roches basaltiques, ses pentes arides et ses herbes battant le vent. Faune et flore paraissent inexploitées et donnent un parfum d’aventure à la promenade. Là, des falaises escarpées tutoient des plages paradisiaques protégées et enveloppées comme des enfants chéris par des criques servant de portes d’entrée sur l’Océan Indien. Les plages aux mille superlatifs telles que Anse Bouteille, Trou d’Argent et Anse Tasman émerveillent au premier regard. Souvent désertes car isolées et uniquement accessibles à pied ou par bateau, dans ces joyaux des Mascareignes on s’attendrait presque à voir débarquer des pirates venus cacher leur trésor, comme le veut la légende, dans les entrailles de Trou d’Argent.

Nantie d’un plus grand nombre de variétés de coraux que la fameuse grande barrière australienne, qui se meurt, Rodrigues se révèle être un lieu de plongée prodigieux et encore méconnu. Des endroits comme Cotton Bay, Anse aux Anglais ou Basilique, royaume des mérous, sont considérés comme des spots de classe mondiale. Les kitesurfeurs ont fait du lagon leur jardin secret et l’un des endroits les plus prisés des connaisseurs d’une discipline qui y organise une compétition internationale. L’identité de Rodrigues, c’est son âme. Celle d’une île autrement.

La plage paradisiaque de Trou d’Argent