This page needs JavaScript activated to work.

Plongée dans les trésors méconnus du Cameroun

Publié le 25 juin 2018

Trop souvent boudé par les touristes, ce pays est une « petite Afrique » à lui tout seul. Notre guide, Guy Mouofo, nous fait découvrir ses beautés sauvages.

Situé à dix minutes à peine de l’aéroport international, le Pullman Douala Rabingha est un havre de sérénité. Après une pause rapide au bord de la piscine, il est temps de rencontrer Guy Mouofo. Ce photographe de 29 ans originaire de Baleng par Bafoussam dans l’ouest du pays, a fondé en 2013 l’agence Let’s Go There/Allons Visiter (https://www.facebook.com/letusgothere/) qui cherche à faire découvrir les beautés de sa terre natale aux jeunes Camerounais et Africains. Le jeune homme est intarissable quand il s’agit de parler des trésors naturels de son Cameroun. « Nous tentons de réveiller le tourisme, explique t-il. Il y a tant de choses à faire et à voir ici… »

Cette république de près de 25 millions d’habitants – entourée par le Nigéria, le Tchad, la République centrafricaine, la RDC, le Gabon et la Guinée équatoriale – affirme abriter « toute l’Afrique dans un seul pays ». Avec ses longues plages de sable fin, ses chaînes montagneuses sculptées par l’activité volcanique, ses plaines désertiques et ses hauts plateaux, le Cameroun assume sa promesse. Hautes de 80 mètres, les Chutes d’eau d’Ekom sont situées en plein cœur de la jungle, loin de la capitale animée, Yaoundé.

La Dja, un diamant naturel préservée de l’Homme

Pendant la saison des pluies, le Nkam, baptisé le « fleuve merveilleux », gonfle au fil des jours et rend css cascades encore plus impressionnantes. Surnommée la « Cité des Arts », Foumban est un des cœurs culturels du pays avec notamment le palais des sultans Bamouns. Les visiteurs en quête de soleil et de farniente ne manqueront pas de se reposer sur les plages de sable blanc de la station balnéaire de Kribi. Situé dans le nord-ouest du bassin du Congo, au point de rencontre du Cameroun, du Congo et de la République centrafricaine, le Trinational de la Sangha comprend pas moins de trois parcs nationaux contigus couvrant une superficie totale de 750.000 hectares. Sur le papier, ça fait rêver. Sur le terrain, la réalité est sublime.

Très peu affecté par l’activité humaine, ce site abrite toute la flore et la faune des écosystèmes de forêts tropicales humides. Les cours d’eau regorgent notamment de crocodiles du Nil et de poissons-tigres Goliath. Dans les vastes clairières, les familles d’éléphants se promènent à la recherche de feuilles et de branches à croquer. Un autre site classé au patrimoine mondial de l’Unesco est la réserve de faune du Dja. Pratiquement encerclée par le fleuve qui lui a donné son nom, cette forêt humide, dont 90% de la superficie n’a pas été affectée par l’Homme, est surtout remarquable pour sa biodiversité et sa très grande variété de primates. Le site abrite pas moins de 107 espaces de mammifères dont cinq sont menacées.

« Je reçois de plus en plus de demandes de touristes »

Les amateurs d’ethnologie peuvent, eux aussi, trouver leur bonheur dans ce pays bordé par l’Océan atlantique. « La route des chefferies permet de visiter des villages, de vivre auprès des familles et de participer à leurs danses  traditionnelles », vante Guy Mouofo qui collabore avec l’agence Inside Cameroon Tourism lorsque des groupes venus de l’étranger lui demandent d’organiser des voyages sur-mesure pour leur séjour (http://www.insidecameroontourism.com).

Pour se déplacer et se loger au Cameroun, pas de souci : les infrastructures sont bonnes dans l’ensemble du pays. « À la différence d’autres nations en Afrique, nos dix régions sont toutes bien développées, assure le fondateur de Let’s Go There/Allons Visiter. Les routes sont bien entretenues et il existe partout des hôtels propres et confortables. Le tourisme a toujours été ma passion et je reçois de plus en plus de demandes de curieux. Cela me donne confiance dans l’avenir. La situation actuelle est prometteuse. » Peut-être pas autant que la visite qui vous attend de ce joyau brut.